Rechercher

Evolène : la fête de mi-été


L'origine de la fête de la mi-été


Florian Pannatier nous explique : "Depuis fort longtemps, au départ pour honorer la vierge Marie, les Evolènards processionnent le 15 août en habit de fête ou en montrant fièrement leur travail quotidien. Cette tradition a perduré et, dès l'arrivée des premiers touristes dans le fond de la vallée, il y a un peu plus de 150 ans, elle est devenue une attraction très prisée. Pour autant, elle est restée vraie, sincère. Les "acteurs" du cortège ne montrent pas forcément le métier qu'ils exercent tous les jours mais mettent en avant un savoir-faire qui leur a été transmis par les générations précédentes. Le costume qu'ils portent est toujours le même et le patois qu'ils parlent ou chantent n'a pas changé non plus. Aujourd'hui, les évolénards sont toujours aussi fiers de vous présenter un défilé de 2 heures environ représentant les 4 saisons, une part de leur vie, leur savoir-faire, une part de leur identité..."

Un des moments phares de la vie Evolénarde

Le 15 Août marque le cortège de la mi-été retraçant la vie d'autrefois à Evolène. Chaque année, je suis spectatrice de ce grand défilé et même si d'année en année, ce sont les mêmes chars qui reviennent, je ne me lasse pas de les admirer, les applaudir, les photographier sous toutes les coutures.

Je ressens la fierté de chaque villageois à participer à cette fête traditionnelle. Il règne une ambiance chaleureuse avec le sens du partage et cette envie de faire perdurer les traditions et les savoir-faire d'antan, de revivre la vie agro-pastorale d'autrefois. Tout la région d'Evolène est là. Toutes les générations prennent part au défilé ...du nouveau-né au plus ancien. C'est un long et magnifique cortège des traditions montagnardes avec une trentaine de chars.


Un méli-mélo des saisons

Les peluches : à Carnaval, les jeunes sont habillés de peaux de bêtes non tannées, portent une visagère de bois et agitent inlassablement leur sonnette pour effrayer la population

Les empaillés : autre personnage clé du carnaval, les hommes s’emmitouflent d’une trentaine de kilos de paille dans un sac de jute

Les travaux d'antan : nos ancêtres profitaient du temps clément pour effectuer divers travaux extérieurs

Couverture de toits en pierre : en hiver, à l'aide de luge, les hommes s'approvisionnent en pierres. Les beaux jours, ils construisent des rampes afin de hisser les ardoises sur les toits et les fixer

La vieille poste : la calèche est l'unique moyen de transport tant pour le courrier que pour véhiculer les visiteurs estivaux. Les dames en cotillon côtoient les touristes anglophones

Les lavandières : la grande lessive se faisait à la fontaine dès le retour des beaux jours. On étendait le linge sur l'herbe et la rosée le blanchissait

L'apothicaire : précurseurs des pharmaciens qui préparaient et vendaient les breuvages et médicaments pour les malades

La fenaison : dès la mi-juin, les paysans fauchent les prés et travaillent l'herbe afin de nourrir le bétail durant les longs mois d'hiver

La maison de l'artisanat : chausser, fabriquer, réparer, les artisans étaient essentiels aux villageois

La Bambana : la scierie d'autrefois, les hommes préparaient les poutres pour les nouvelles constructions du prochain printemps

La cordée 1900 : de tout temps, les guides de notre région ont accompagné les touristes vers les sommets et continuent à exercer leurs compétences

Les travaux d'Automne : tous les habitants possèdent un lopin de terre où ils cultivent les pommes de terre avant les premiers gels

Le ski d'antan : grâce à la pratique du ski, nos régions de montagnes se sont développés pendant la saison d'hiver

Les pompiers : avant l'arrivée des camions, l'engagement et la force des hommes ont rendu de fiers services

La famille Evolénarde : le costume se porte encore dans nombreuses familles, surtout lors des fêtes

Les courroies de sonnette : on prépare activement les ornements des futures reines d'alpage pour le jour de l'inalpe

La veillée au mayen : il y fait bon vivre lorsque le temps est clément. Les travaux quotidiens accomplis, on se retrouve autour d'un verre de vin

Le bûcher : l'automne venu, les hommes préparaient le bois qui allait leur permettre de se chauffer durant l'hiver

La chasse : essentielle dans nos régions, la chasse régule la faune variée de nos montagnes et agrémente le plat quotidien de pommes de terre

Le braconnier : avec son air malicieux, le braconnier vous racontera sans gêne ses prises défendues

Lu stan : à l'heure de la fête, il est coutume de se laisser bercer par les chants en patois

La noce : lors du mariage, l'épouse se distingue par sa coiffe de fleurs et de perles appelée "tsapelett"

La désalpe : les jours raccourcissent, l'herbe se fait rare sur la montagne, les paysans regagnent le village avec leurs bêtes

Le rucher : c'est en été que l'apiculteur œuvre le plus, il doit surveiller les colonies, les traiter et récolter leur savoureux nectar

Les chèvres : accompagnées de leurs bergères, les chèvres aussi redescendent de leur pâturage d'été


Ils sont tous là, chars, fanfares, groupe folklorique d'Evolène, villageois et visiteurs d'un jour, pour célébrer le 15 Août.

0 vue0 commentaire