Rechercher

Val d'Hérens : le lac Bleu aux 4 saisons


Le lac bleu, la pépite du Val d’Hérens


Qui n’a jamais vu des photos de ce joyau alpestre sur Instagram ? Sa couleur, son environnement font rêver les visiteurs, venus de toute part pour ramener la photo « waouh » du lac bleu d’Arolla. C’est vrai qu’il est sacrément photogénique notre lac bleu dans son écrin alpin. A chaque saison, il révèle sa beauté alpestre.


Allez, je vous emmène le découvrir aux 4 saisons. Depuis la Pension-Bar du Lac Bleu à La Gouille, le Lac Bleu est accessible en seulement 40 mn de marche. Un sentier un peu raide parmi une forêt de mélèzes. Randonneurs aguerris et promeneurs en goguette pour un pique-nique en famille se côtoient à la croisée des chemins tout l’été. De nombreux guides de loisirs et magazines en ont même fait : « les 10 coins secrets de baignades sauvages » ou encore «le plus bel endroit de baignade naturelle en famille» et j’en oublie ! Du coup, ce fameux Lac Bleu n’est aujourd’hui un secret pour personne et encore moins un site de baignade. Aux beaux jours, du printemps aux derniers soubresauts de l’Automne, vous ne serez pas le seul sur ce site enchanteur qui n’est d’ailleurs de loin pas un lieu de baignade. A moins d'être un adepte de baignade en eau glaciale !!!

Mais quelle beauté ! Une perle couleur azur lovée à 2000 mètres d’altitude. Le panorama sur les sommets environnants est grandiose. En saison estivale, on peut parfois y rencontrer quelques vaches d’Hérens en pâture, on entend le sifflement des marmottes au loin. Dans le hameau du Louché, juste avant d’arriver au lac, la petite buvette de Léon vous accueille pour une pause rafraichissante. Un décor alpestre idyllique. Pour la descente, selon la saison, j’opte un retour par Pramousse ou par le hameau de Ouartsé. Un parcours en boucle, moins fréquenté ! Pour ceux qui veulent profiter du lac bleu autrement, voici quelques pistes !


Moi, c’est à l’automne que je le préfère, par une belle journée ensoleillée. En semaine, le lieu retrouve sa tranquillité et distille ses charmes aux marcheurs contemplatifs. Dès la fin octobre, les mélèzes se parent de leur lumière or et le paysage se dessine telle une peinture. La palette des couleurs automnales avec le bleu des eaux, la forêt de mélèzes et d’arolles jaunis et déjà quelques cimes enneigées est d’une beauté incomparable. Le site se fait plus paisible à l'arrière saison.

L’hiver, c’est un magnifique parcours raquette. Le lac bleu n’est plus bleu mais d’un blanc immaculé, recouvert de son manteau neigeux. Le toit des mayens croule sous le poids de la neige. La randonnée se fait plus sportive avec chaque pas qui s’enfonce en poudreuse dans un silence parfait.

Peu à peu, le printemps renait et laisse apparaitre les premiers tapis de gentiane. En montant, on peut admirer la Borgne d’Arolla en contre-bas. Le lac est encore partiellement gelé et offre un dégradé de couleurs. Les eaux cristallines reflètent les sommets encore saupoudrés.



Au fil des saisons, j'aime photographier cet endroit. Un endroit à aimer et à préserver le plus longtemps possible en espérant que la rançon du succès ne lui soit pas fatale. La sur-fréquentation, la densité sur un tel lieu peut parfois prendre des allures de « l’enfer du décor ». A chacun d’entre nous de randonner de manière responsable, d’apprécier la beauté et la quiétude des ces lieux et ne pas céder à la consommation frénétique de ces sites naturels.


4 vues0 commentaire